Doctoriales du Laboratoire

Pour l’année 2019, le laboratoire TPG propose à de jeunes chercheurs.ses mobilisant des outils d’analyse féministes et queer de venir présenter leurs travaux, leurs questionnements. Sur un format libre de deux heures (communication, discussion, lectures), cette plateforme a pour ambition de donner un espace dédié aux pratiques et épistémologies féministes dans les recherches en cours. Cette page regroupe les descriptions des interventions et les ressources mobilisées au cours des séances.

Ariane Temkine (EHESS/CRAL, INHA) – Crypto gay ? Penser les formes d'(In)visibilité queer dans la pop culture. (10 avril 2019)

Adel(e) Cornet – Transféministes contre le travail ! Les pratiques transformatives pour lutter contre la précarité des subjectivités a l’université néolibérale (21 juin 2019)

Zoé Adam – Faire le mur, récit de thèse en milieu militant (26 juin 2019)

 

Crypto-Gay ? Penser les Formes d'(in)visibilité queer dans la pop culture – Ariane Temkine

Jusqu’à la très récente prolifération de produits culturels de niche, destinés aux minorités sexuelles avec pour fonction de les représenter ces minorités, la pop culture est perçue comme un désert pour les personnages LGBT. Cependant, comme l’ont montré un certain nombre de travaux récents, (Creekmur & Doty 1995, Li-Vollmer & LaPointe 2003, Williams 2008) dans la lignée de ceux de Vito Russo (1987), on ne saurait en déduire l’absence de personnages queer dans la culture populaire »Dans des cultures visuelles structurées par l’existence d’un placard (Russo 87, Segdwick, 1989, Lord & Meyer 2012) comment penser les différentes formes de visibilité des personnages queers, en s’écartant de la norme représentées par les personnages hétérosexuels ? A partir d’un corpus issu du cinéma d’animation des studios Disney (1937-1989), nous proposerons plusieurs pistes de réflexion pour élargir la réflexion autour des enjeux d’(in)visbilité et de représentation des personnages queer.

 

Ariane Temkine, prépare une thèse de doctorat en histoire des arts, intitulée « Virus et antidote: le queer coding dans le cinéma d’animation Disney 1937-1999 » sous la direction d’Anne Lafont (EHESS). Elle est également chargée des études et de la recherche à l’Institut National d’Histoire de l’Art pour le domaine Histoire de l’Art Mondialisé.