De la psychiatrisation des troubles à l’avènement de la thérapie queer : santé mentale au prisme des expériences de genre et de sexualité minoritaires (2 février 2018)

Le but de cet évènement était de décrire et d’appréhender des situations empiriques où des expériences de genre et de sexualité dérogeant au cadre de l’hétéronormativité s’articulent à des problématiques de santé mentale.

La perspective sociologique nous invitait d’abord à mettre l’accent sur les conditions structurelles de la survenue d’une souffrance psychologique chez des personnes non cisgenre et/ou concernées par une sexualité minoritaire. Dans quelle mesure la stigmatisation de ces populations peut-elle, de fait, engendrer un mal-être psychique ? Le recueil d’observations de personnes trans, non-binaires et queer permettra une mise en perspective incarnée de ce questionnement. Face à ces témoignages, l’on pourra s’interroger sur la manière dont se positionnent la psychiatrie et la psychanalyse dans leurs formes modernes. Quelles sont les prises en charge envisageables pour celleux placé·e·s en dehors des normes de genre et de sexualité — personnes queer et/ou trans ? Les expériences cliniques d’analystes et d’accompagnant.e.s de personnes queer éclaireront les contours de ces nouvelles formes de suivis.

Ces perspectives thérapeutiques semblent d’autant plus remarquables que les sciences sociales exhument la pathologisation des populations non-cisgenres et/ou à la sexualité déviante. Cette stigmatisation est l’apanage, entre autre, des disciplines psychanalytiques et psychiatriques. L’on interrogeait, à ce titre, les processus d’étiquetage qui affectent les personnes trans et les travailleur.se.s du sexe : à l’aune de quels dispositifs et prismes théoriques la psychiatrie les érige-t-elle en personnes psychiquement malades ? C’est une question que la prise en compte de l’agentivité des personnes étiquetées invite toutefois à coupler à celles des résistances : quels contournements et réappropriations du diagnostic peut-on, à l’inverse, observer au sein des populations pathologisées ? Soucieux.ses de réintroduire un dialogue disciplinaire, nous avons cependant pris le parti d’explorer des usages non-stigmatisants d’une tradition psychanalytique dépouillée de ses schèmes hétéronormés. Etait ainsi proposée une interprétation psychanalytique contemporaine de l’anorexie. Trop souvent rapportée à la surconformité à un idéal féminin elle mettrait en réalité en jeu l’invention d’un au-delà des genres féminin et masculin.

Programme

9h30 : Accueil

10h00 : Introduction par Marlène Bouvet et Alice Feyeux

10h15 : « Les violences envers les personnes queer à l’université et leurs conséquences : de la mise en danger de la santé mentale au suicide », Cha Prieur [docteur.e en géographie, maître-praticien en PNL Humaniste]

11h30 : « Queer psychanalyse : pour une clinique mineure », Fabrice Bourlez [docteur en philosophie, psychanalyste, ESAD Reims]

14h00 : « Neuroatypie et transidentité : neurogenres et recoupement des violences psychophobes et transphobes », Alice Guedat [étudiante en Lettres Modernes] & Alistair Houdayer [vidéaste web, étudiant en théâtre]

15h10 : « Homosexualité féminine et troubles des conduites alimentaires : à la recherche de l’Autre genre », Leslie Sulimovic [psychiatre, Institut Mutualiste Montsouris]

16h20 : « Stress post-traumatique et prostitution, ou la psychiatrisation d’une question sociale », Lilian Mathieu [sociologue, directeur de recherche CNRS au Centre Max Weber-ENS de Lyon]

17h20 : Conclusion et clôture de la journée par Christelle Compte et Héloïse Thomas

 

Le laboratoire

Le projet du laboratoire junior Théories et Performances des Genres (TPG) est né de la volonté de s’engager dans une politisation de la recherche employant les outils des études de genres pour décrire des phénomènes sociaux, des activités politiques ou des représentations. Dans une perspective résolument située, notre projet de recherche pluridisciplinaire s’attache à décrire les processus de minorisation des individus et des groupes déviants d’une norme masculine, hétérosexuelle, cisgenre, blanche, valide et aisée ; mouvement de relégation qui, en plaçant ces groupes dans les marges, entend dans le même temps les réduire au silence. Pour les personnes alors minorisées, il s’agit de faire face à une confiscation de la narration, qui se trouve prise en charge par des appareils discursifs et politiques divers, que nous nous attacherons à analyser. Les recherches du laboratoire, marquées par les épistémologies queer et féministes, ainsi que les travaux développant des outils situés et approches intersectionnelles, englobent  également les stratégies de subversion de ces narration pré-construites. Il s’agira non seulement de s’attacher à une généalogie des discours qui procèdent à la subjectivation politique des individus, mais aussi à leurs modes de résistance. Notre recherche entend faire  dialoguer les mondes académiques et militants dans un souci constant de placer au centre de l’étude le discours situé des premier.es concerné.es par ces phénomènes de relégation. Animé par l’idée qu’une parole ne saurait s’abstraire des conditions politiques, sociales, culturelles desquelles elle émane, et contre une tendance de la recherche universitaire à effacer sa propre situation, notre discours tentera de maintenir une interrogation constante sur ses limites, et une attention à ce qui permet de le dépasser. Considéré comme un moyen, le discours universitaire nous permettra de construire, avec d’autres voix, une analyse multiple et faite de prises de paroles hétérogènes : il s’agira de faire travailler ensemble militant.es, chercheur.es, artistes, vers une politisation de notre recherche.

 

Equipe

Noémie Aulombard, cofondatrice du laboratoire TPG, est doctorante en science politique à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur les questions de genre, l’assignation sociale des corps, la contestation politique par les corps et les sexualités. Elle écrit aussi un blog, A mon geste défendant, dans lequel elle rend compte de l’expérience d’un corps handicapé – le sien –, et tente de développer un discours alternatif sur le handicap, inscrivant sa démarche dans les pensées féministes et queer. (nonoelomb@orange.fr)

Paul Brocart-Faggianelli confondateur du laboratoire TPG, est doctorant en littérature comparée à l’université Paris Ouest Nanterre. Ses recherches portent sur la dimension coloniale des imaginaires européens entre le XIXe et le XXe siècle, à travers la mise en fiction des espaces extra-européens par le prise de la violence, de l’aventure, de l’inconnu. Ses intérêts de recherche englobent les apports des cultural studies et des études queer et féministes, et plus globalement les cultures de masse, en tant qu’elles peuvent véhiculer une norme de représentation, autant que servir de support à des stratégies de résistances et de réécriture. (pbrocart@live.fr)

Charlie Brousseau (elle/iel), en M2 de philosophie contemporaine à l’ENS de Lyon. Ses recherches sont centrées sur les épistémologies féministes et leurs liens avec les épistémologies écologistes et le pragmatisme. Elle est militante féministe et LGBT+, coordinatrice des Salopettes (association féministe de l’ENS de Lyon). (charlie.brs@yahoo.com)

Solen F.-B. (elle), en recherche… de travail, si possible dans l’éducation populaire et la prévention des violences de genre. Vient de finir des études de genre à Lyon 2. S’intéresse à l’organisation sociale de la fête comme espace-temps, traversée par des rapports de domination, et à la scène techno française et internationale et la reproduction des normes blanches, hétéro, masculines en son sein. Musicien·ne, militant·e trans non-binaire anticapitaliste et antiraciste, pour un matéria-queer. (solenfebe@gmail.com et sur facebook Solen Nel)

Camille Khoury,  A la fois doctorante en Etudes Théâtrale et metteur en scène, c’est sur la pratique du travestissement que se concentrent ses recherches artistiques et théoriques.  Elle démarre en septembre 2015 une thèse portant sur la pratique scénique du travestissement au tournant XIXe-XXe siècle, envisagée à l’aune des représentations (culturelle, sociales, médicales etc.) du corps et du sexe à la même époque, à l’université de Toulouse II Jean Jaurès. D’un autre côté, le travestissement constitue un des point centraux de sa pratique artistique, thématique qu’elle a d’abord exploré en 2015 dans le spectacle Orlando, adaptation théâtrale du roman éponyme de Virginia Woolf, puis dans son projet en cours DE L(‘)ANGE, inspiré de la vie d’une aristocrate désargentée dont on découvrit à la mort en 1856 qu’il s’agissait d’un homme.  (camille.khoury@outlook.fr)

Aurélia Léon, doctorante en sociologie (Université Lumière Lyon2, Centre MaxWeber), militante féministe, syndicaliste à Solidaires et animatrice d’autodéfense pour femmes. Chargée de cours à l’ENTPE (Vaulx-en-Velin), l’UJM (Saint-Etienne) et l’université Lyon2 de 2009 à 2016 en tant que vacataire, allocataire-monitrice et ATER en sociologie des sciences, analyse des médias, sociologie des mouvements sociaux et sociologie du genre, théorie sociologique, enquête et méthodologie.

Je termine une thèse qui se situe à la croisée de la sociologie des mouvements sociaux, de la sociologie du genre et de la sociologie de la connaissance. Partie pour traiter d’abord de l’autodéfense féministe, elle vise au final à fournir un éclairage sur la refondation d’un féminisme radical au sein de la troisième vague en France. L’enjeu est de documenter l’émergence de ce courant, avec ce qu’il engage de pensée critique, aborder la question du qui (sujets des luttes), du comment (moyens) et du pourquoi (définition de la cause) non pas à partir des débats théoriques mais à partir de l’entrée des pratiques. Trois domaines de pratiques en l’occurrence, qui abordent le corps, l’identité et la sexualité comme des sites de résistance : l’autodéfense donc, mais aussi le drag king et le post-porn. Je revendique pour ce travail une inscription en études féministes, et j’essaye d’appliquer ce que ces pratiques m’ont enseigné, de prolonger leur geste.

Estelle Noukhkhaly (Elle),  M2 de Recherche en Lettres Modernes à l’ ENS Lyon,   enage un travaille de recherche autour de  Virginie Despentes, Paul B. Preciado et de la littérature queer, féministe, punk  et postporn sous la direction de Yannick Chevalier. Elle a travaillé dans le cadre de son M1 sur Violette Leduc. (estelle.noukhkhaly@ens-lyon.fr ou via Facebook : Estel N’Khaly)

Quentin Zimmermann (elle/il/autres pronoms) réalise actuellement un doctorat de sociologie/études queer à l’université de Lille. Ses recherches et engagements portent sur les projets de rassemblement et de conservations de fonds d’archives LGBTQI+ en France, sur la mise en évidence des effacements et des silences des personnes minorisées dans l’historie et les mémoires comme une forme de « violence archivale », et sur la place centrale mais invisibilisée de cette violence dans les épistémologies dominantes, notamment de l’histoire, de l’archivistique et des usages publics du passé. Ce travail s’accompagne d’une réflexion épistémologique sur les rapports de dominations, tant symboliques que matériels, dans les pratiques de recherche et l’université française, en particulier les pratiques sociologiques classiques de l’entretien, du terrain, de l’enquête, etc. (quentin.zimmermann@ens-lyon.fr)

 

Réinvention des corps ( avril 2018)

« Tel était mon « Corps Lesbien », une sorte de paradoxe mais pas vraiment, une sorte de plaisanterie mais pas vraiment, une sorte d’impossibilité mais pas vraiment. »
(Monique Wittig, « Some remarks on The Lesbian Body », 2005)

Les laboratoires Théories et Performances des Genres et Corps Ordonnés ont organisé les 13 et 14 avril  2018 les rencontres “Réinventions des corps” , à l’ENS de Lyon et au Centre LGBTI. Lors de ces deux journées, plusieurs universitaires, artistes, écrivain.e.s, performeur.se.s ont proposé des ateliers, des conférences et des performances pour discuter de l’usage du corps comme arme de contestation et de revendication pour la réinvention des corps et des sexualités, et des façons dont les pratiques artistiques peuvent transformer les représentations sexuelles et recréer les corps.

Deux axes ont été posés comme cadre de notre réflexion collective.
D’abord, la notion de réinvention de soi, de son corps, de sa sexualité, ainsi que le rapport entre les corps et les normes seront interrogés. Comment un corps socialement minorisé peut-il se réinventer par-delà toutes les normes quI s’apposent sur lui ? Le point de départ théorique de cet événement s’ancrait dans l’idée selon laquelle le regard sur les corps est verrouillé, structuré par un imaginaire travaillé par les rapports de pouvoir : il y a des façons de raconter les corps des dominant.e.s et des dominé.e.s. Ces fictions, forgées par les groupes dominants, structurent le regard sur les corps. Mais le verrouillage du regard implique le déverrouillage de ce même regard. Ce sont les modalités de ce déverrouillage qui étaient interrogées, avec une attention toute particulière portée sur les pratiques artistiques. Comment certaines pratiques déverrouillent-elles le regard sur les corps ? Quel rapport les artistes entretiennent-ils/elles aux normes ? Dans quelle mesure ce déverrouillage est-il un acte politique ? Quel rapport entre art et contestation politique par le corps ?

 

En prolongement de ce raisonnement, un second axe  interrogeait ce qu’est la subversion aujourd’hui. On constate en effet qu’une valeur économique est attribuée à la visibilité des corps minoritaires dans le cadre du marketing de la diversité, pour donner une image “inclusive” ou “transgressive” de certaines entreprises ou politiques publiques. Cette captation de la construction subjective et identitaire pour en tirer une plus-value peut être interprétée comme un mécanisme d’exploitation dans la mesure où ce n’est pas l’individu.e qui tire profit de cette forme de travail. Cela pose donc plus largement la question de la subversion, et de la fausse opposition entre reproduction des normes et subversion. Dans quelles interstices du pouvoir peut-on se glisser pour produire des subjectivités à l’abri de l’exploitation néo-libérale ? Quelles conséquences ont ces observations sur les pratiques artistiques et performatives contemporaines ?

Programme :

 

Vendredi 13 avril (à l’ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, Lyon 7e. Salle D2 102) :

9h-10h : Introduction, discussion collective.

10h-12h30 : Atelier d’écriture Phantasm #1 « SEXE/GENRE à 4 dimensions », animé par Marguerin Le Louvier, auteur queercore (Tout Corps Prend Feu, Le Mauvais Goût des Femmes et des Homosexuels…) et larron des Editions Douteuses – machine à fanzines qu’il co-anime avec Elodie Petit depuis 2014.

« Il ne leur était pas possible de séparer le sexe de leurs autres conduites. Ils avaient une infinie variété de mots pour rendre la notion, de masculinité et de féminité, ils avaient des mots dénotant tous les degrés et toutes les variétés de l’expérience physique, inexprimables en anglais, mais tous incluaient aussi d’autres facettes de la perception de l’univers, aucun n’enfermait ce que nous appelons « sexe » dans une petite case bien délimitée ». John Varley, Les yeux de la nuit

Écrire, faire pleuvoir les formes, bâtir des mondes.

Après avoir franchi le vortex anal de Stargate, chacun-e chaussera les lunettes d’ethnologues et d’astrologues de l’espace, afin de produire des métaphores douteuses sur nos organismes choisies, symbioses droguées, dilatées, bactériennes.

A travers différents jeux d’écriture, collectifs et individuels, il s’agira d’ouvrir ensemble des portails vers d’autres mondes, et d’engager par le biais de la science-fiction une réflexion sur les discours sexe/genre dominants.

14h30-16h30 : Conférence/discussion par Sam Bourcier.

Occuporn ! Queer zoning et queer praxis : les politiques de la performance queer et transféministe contre le néolibéralisme.

En réponse à la capture néolibérale des corps et des subjectivités LGBT se déploient les nouvelles politiques queer et transféministes : des occupations, des grèves du genre, des exorcismes, des perf qui sont autant de take back the night, the day and the streets. Que peuvent nos corps lorsqu’ils deviennent notre arme contre le biopouvoir ? Contre la réduction de nos formes de vie à du management de la population et de nos genres mis au travail ? La réponse est : beaucoup et partout. Ce corps n’est pas cartésien et s’il lutte contre les formes de dépossession néolibérale, il n’a rien à voir avec l’individualisme possessif, propriétaire, du sujet démocrate libéral à la Hobbes. Il performe plus qu’il ne demande à être représenté. Il œuvre à la grève biopolitique globale. Et nous verrons comment, en partant sur le protest porn, sur le post porn queer et transféministe dans ses manifestations publiques contre l’inc.orporation néolibérale, il nous sera possible d’ajouter ensemble des paragraphes à la déclaration d’indépendance des peuples des Twisted Lands en bonne compagnie : avec les garçons sauvages.

Sam Bourcier est l’auteur de la trilogie des Queer Zones (à reparaître en un volume au printemps 2018). Son dernier ouvrage : Homo Inc.orporated, Le triangle et la licorne qui pète est paru aux éditions Cambourakis. Il enseigne à l’université de Lille.

16h30-18h : Table-ronde et discussion collective

***

Samedi 14 avril (au Centre LGBTI, 19 rue des Capucins, Lyon 1er) :

– 13h-17h : Atelier post-porn animé par Lucien Fradin, performeur et comédien

Un atelier post-porn ça peut ressembler à quoi ?

Le post-porn est un mouvement né dans les années 80 qui questionne les représentations des sexualités, cherche à les multiplier et à les diversifier.

La citation d’Annie Sprinkle est un bon point de départ : « La réponse au mauvais porno n’est pas la fin du porno mais au contraire plus de porno. »

C’est à dire que pour contrer les « vérités du sexe » que produit la pornographie, il s’agit de s’emparer de ses outils pour proposer des points de vue divergents, et non déconnectés de nos vécus.

Mon travail s’axe chaque fois autour de nos propres récits, d’abord dans le cadre d’un groupe fermé, puis de la question de la représentation à un potentiel public extérieur. Mais rien de ce qui est mis en place au sein du groupe n’est obligé d’en sortir, bien sûr.

 

Ressources et bibliographie

Ressources

Féminismes, approches générales et queer :

Français

  • Corps Ordonnés – Le site du laboratoire junior issu de la collaboration des universités de Lyon et de Galatasaray, à Istanbul, dont les recherches portent sur la production des normes dans ces deux espaces.
  • Crêpe Georgette – Blog féministe, débats en contexte français
  • L’Echo des Sorcières – Féminismes, questions de genre, classe, race et de capacitisme.
  • Féministes en tous genres – Points de vue de chercheuses sur le genre et les sexualités.
  • Laboratoire Genere (Genre : Epistémologies et recherches) – Lancé en 2014, ce laboratoire junior, également basé a Lyon, est dédié aux Etudes de genre dans leur plus grande diversité. S’il a cessé ses activités, ses sites constituent une archive de ses activités (voir également son carnet).
  • Genre ! – Blog centré sur des questions féministes et liées aux études de genre.
  • On est pas des cadeaux ! – Emission transpédégouine et féministe de Radiot Canut, à Lyon.
  • Radiorageuses – Une base de données radiophoniques regroupant des émission francophones féministes et plus.

Anglais

  • Autostraddle – Site informatif, culturel et politique centré sur les femmes queer, lesbiennes, trans, biEs.
  • Bitch Media – Site culturel et informatif sur les liens entre féminisme et pop culture.
  • Everydayfeminism -Outils de réflexion sur des politiques féministes intersectionnelles quotidiennes et accessibles.

Intersectionnalité, Race, Genre, Afroféminisme :

Français

  • BadassAfroFem – Ressources et contact, critique afroféministe, documentaire Ouvrir la Voix.
  • Cases Rebelles – Webradio Panafrorévolutionnaire, féministe, queer…
  • Collectif Décoloniser les arts – Visibiliser et défaire le racisme des milieux culturels français
  • Diaspora/Situations – Websérie qui constitue un série de « portraits de minoriséEs qui réfléchissent à l’impact de la diaspora dans leur façon de vivre » (T. L.)
  • Equimauves – Blog intersectionnel et afroféministe.
  • Ms. Dreydful – Blog afroféministe,  articles critiques et analyses littéraires et culturelles.
  • Mrs Roots – Blog militant, critique littéraire d’un point de vue afroféministe.
  • Mwasi – Collectif afroféministe basé à Paris, non-mixte.
  • Conférence-débat autour du film « Ouvrir la Voix » d’Amandine Gay – Histoire des femmes noires, de l’afroféminisme français, extraits du film.

Anglais

  • Darkmatter Poetry – Spoken word, poésie, enjeux post-coloniaux et trans aux Etats-Unis.
  • Strolling – Websérie de Cecile Emeke sur les identités noires en Europe.

Militantisme Handi

Anglais et Castillan

  • Yes we fuck ! – Projet sur les sexualités handies et documentaire sur les diversités fonctionnelles.
  • POST-OP – Collectif barcelonais travaillant sur la resexualisation de l’espace, la post-pornographie, la diversité fonctionnelle.

Français

 

Bibliographie

Etudes gaies et lesbiennes, sexualités

CHAUNCEY George, Gay New-York, 1890-1940 [1994], Paris, Fayard, 2003.

ERIBON Didier (dir.), Réflexions sur la question gay [1999], nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2012.

FASSIN Eric, L’inversion de la question homosexuelle [2005], nouvelle édition augmentée, Paris, Éd. Amsterdam, coll. « Amsterdam poches », 2008.

FOUCAULT Michel, Histoire de la Sexualité, I. La volonté de savoir [1976], Paris, Gallimard, « Tel », 1994.

Histoire de la Sexualité, II. L’Usage des plaisirs [1984], Paris, Gallimard, « Tel », 1997.

Histoire de la Sexualité, III. Le Souci de soi [1984], Paris, Gallimard, « Tel », 1997.

HALPERLIN David, L’art d’être gai, Paris, Epel, 2015

KOSOFSKY-SEGDWICK Eve, Épistémologie du placard [1991], Paris, Éd. Amsterdam, 2008.

RUBIN Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, trad. Flora Bolter, Christophe Broqua, Nicole-Claude Mathieu et Rostom Meslin, Paris, Epel, 2010.

Théories queer et féministes

BOURCIER Sam, Queer Zones. Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs [2001], nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Éd. Amsterdam, 2006.

Queer Zones 2. Sexpolitiques, Paris, Éd. La Fabrique, 2005.

Queer Zones 3. Identités, cultures et politiques, Paris, Éd. Amsterdam, 2011.

BUTLER Judith, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du « sexe » [1993], Paris, Éd. Amsterdam, 2009.

Défaire le genre [2004], nouvelle édition augmentée, Paris, Éd. Amsterdam, 2012.

DE LAURETIS Teresa, Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007.

DESPENTES Virginie, King kong théorie, Paris, Grasset, 2006

DORLIN Elsa, Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, coll « Philosophies », 2008.

HARAWAY Donna, Manifeste Cyborg et autres essais, Sciences, Fictions, Féminismes, Paris, Exils, 2007.

PRECIADO Paul B., Manifeste contra-sexuel, Vauvert, Au diable Vauvert, 2000.

Testo-Junkie : Sexe, drogue et biopolitique, Paris, Grasset, 2008.

PUAR Jasbir K., Homonationalisme. Politiques queer après le 11 septembre, Paris, Ed. Amsterdam, 2012. – Tiré de Terrorist Assemblages : homonationalism in queer times, USA, Duke University Press, 2007

SPIVAK Gayatri Chakravorty , Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Ed. Amsterdam, 2006.

WITTIG Monique, La Pensée Straight, Paris, Ed. Amsterdam, 2007.

Pornographies

BORGHI Rachele, « Post-Porn. », Rue Descartes 3/2013 (n° 79) , p. 29-41, URL : www.cairn.info/revue-rue-descartes-2013-3-page-29.htm

DESPENTES Virginie, Mutantes, Féminisme porno-punk, documentaire, France, Blaq-Out, 2009 (90 min).

JOUVET Emilie, Too Much pussy : Feminist Sluts and the Queer X Show, documentaire, 2011, Solaris (98 min).

PRECIADO Paul B., Pornotopie : Playboy et l’invention de la sexualité multimédia, Paris, Flammarion, coll. « Climats », 2011.

SPRINKLE Annie, A Public Cervix Anouncement, 1992 (performance)

Post-Porn modernist. My 25 Years as a Multimedia Whore, San Francisco, Cleis Press, 1998

Mouvements et militantismes

FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire), Rapport contre la normalité [1971], Paris, GayKitschCamp, 2013. Disponible en ligne ici.

SERRANO Julia,  Manifeste d’une femme trans et autres textes, Lyon, Editions tahin party, 2014. – Tiré de Whipping Girla transsexual woman on sexism and the scapegoating of femininity, USA, Seal Press,2007.

LE TALEC Jean-Yves, Folles de France : repenser l’homosexualité masculine, Paris, La Découverte, 2008.

STARHAWK, Rêver l’obscur, Femmes, magie et politique, Paris, Cambourakis, 2015.

Chroniques Altermondialistes, Paris, Cambourakis, 2016.

Etudes trans et transféminismes

ESPINEIRA Karine, « Pour un épistémologie trans et féministe : un exemple de production de savoirs situés, Comment S’en Sortir ?, n° 2, automne 2015, p. 42-58.

RIBEIRO Kira et  ZDANOWICZ Ian (coord.), Transféminismes, Comment S’en Sortir ?, n° 2, automne 2015. Disponible en intégralité à cette adresse.

ESPINEIRA Karine, GRÜSIG Noomi B., THOMAS Maud-Yeuse, Transféminismes, Cahiers de la Transidentité, n°5, Paris, l’Harmattan.

Cahiers de la transidentité (6 numéros en 2016), édité par l’Observatoire des Transidentités, Paris, L’Harmattan.

Histoire et archives

FEDERICI Silvia, Caliban et la sorcière, Femmes, Corps et Accumulation primitive, Genève, Editions Entremonde, 2008.

Point zéro, propagation de la révolution : Salaire ménager, reproduction sociale, combat féministe, Donnemaris-Dontilly, Editions Racine de iXe, 2016.

DORLIN Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris, La Découverte, 2009.

LORD Richard, MEYER Catherine, Art and queer culture, Londres, Phaidon Press, 2013.

BRONSON Aa., AARON Philipp (edit.), Queer zines I & II, New York, Printed Matter, 2014.

Intersectionnalité

CERVULLE Maxime, Dans le blanc des yeux. Diversité, racisme et médias, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

CERVULLE Maxime et REES-ROBERTS Nick, Homo exoticus. Race, classe et critique queer, préface de Richard Dyer, Paris, collection Médiacultures, Armand Colin et Ina, 2010.

COLLECTIF, L’expérience minoritaire, Revue Tracés, n°30, Lyon, ENS Editions, 2016.

CREENSHAW Kimberlé, «Cartographie des marges : Intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur » [1991], Cahiers du genre, n°39, 2005. Disponible en ligne

DORLIN Elsa (dir.), Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, 2008.

HOOKS bell, Ne suis-je pas une femme ?, Femmes noires et féminisme, préface d’Amandine GAY, Paris, Cambourakis, 2015.

LORDRE Audre, Sister Outsider. Essais et propos d’Audre Lorde sur la poésie, l’érotisme, le racisme, le sexisme…, Genève et Laval, Éd. Mamamélis et Éd. Trois, 2003.

MUÑOZ Jose Esteban, Desidentification, Queers of color and the Performance of Politics, USA, University of Minnesota Press, 1999.

MCINTOSH Peggy, « White privilege : Unpacking the Invisible Backpack« , 1989

Crip Theory et militantisme Handi

CENTENO Antonio, DE LA MORENA Raùl, Yes, We Fuck !, documentaire, Espagne, 3BoxMedia, 2015 (59 min).

KAFER Alison, Feminist, Queer, Crip, USA, Indiana University Press, 2013.

 

MCRUER Robert, Crip Theory, Cultural signs of queerness and disability, New York, New York Univesity Press, 2006.

PUISEUX Charlotte, « Les mutantes oubliées : Femmes, handicaps et sexualités », disponible en ligne ici.

 

 

Sida : représentations et mémoires (18 décembre 2017)

Le Laboratoire TPG – Théories et Performances des Genres de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon travaille depuis sa création en 2016 sur les représentations des minorités sexuelles et de genre en maintenant un lien étroit et constant entre recherche universitaire, militantisme et pratiques artistiques. Dans le cadre des événements du mois de décembre 2017 consacrés à la lutte contre le sida, un groupe de chercheuses et chercheurs issu de ce jeune laboratoire, a proposé une journée d’étude consacrée aux mémoires et représentations du sida.

La question des archives était centrale pour cette rencontre qui s’organisait autour de quatre figures majeures permettant de penser et de croiser pratiques artistiques, militantes et archivistiques. Ainsi, la journée commençait par les interventions d’Elisabeth Lebovici (Ce que le sida m’a fait – 2017) et Lucille Toth (Trois décennies d’amour cerné de Thomas Lebrun) qui présentaient toutes deux une réflexion autour des représentations artistiques et performatives du sida. La Compagnie Inverso interprétait un extrait de son spectacle Battre le silence menant une recherche scénique sur la réappropriation des histoires et mémoires du sida et leurs transmissions. La seconde partie de la journée était consacrée à des ateliers autour des archives. Renaud Chantraine et Stéphane Gérard ont animé deux temps, l’un sur la patrimonialisation des luttes minoritaires, l’autre sur l’usage cinématographique de ces archives. Enfin, l’association Frisse spécialisée dans la promotion de la santé sexuelle, a présenté son projet « Fils de vie, fils de mémoire ».

Programme :

9h45 – 10h // Introduction générale

10h – 11h // Lucille Toth : « Le “viral” dans les chorégraphies contemporaines » (conférence).
Héritiers des « années sida » et des discours et esthétiques qu’elles ont apporté·e·s, des chorégraphes s’interrogent aujourd’hui sur l’idée de la contamination à l’ère du virus indétectable et des mythes qui lui survivent pourtant. Thomas Lebrun, Dada Masilo, Boyzie Cekwana, Robyn Orlin, autant de chorégraphes qui proposent un état des lieux du viral au 21ème siècle ; moment où le virus ne peut plus se penser sans la frontière et où le souci de contamination dépasse même le physique.

11h – 12h // Elisabeth Lebovici : « Performance de l’archive » (conférence).
Il s’agira d’interroger la notion d’interdisciplinarité, à partir d’une installation de Zoe Leonard (Untitled, Documenta 9 , Kassel, 1992). On se déplacera d’un ensemble de photographies à une affiche, d’une affiche à un tract, d’un tract à un corps genré, d’un corps genré à une politique de la sexualité….

12h – 12h30 // Compagnie L’Inverso : « Perfusion #1 – la colère » (performance)
En marge du spectacle Battre le silence (en création), la compagnie L’inverso crée des formes hybrides. Quelque part entre la performance et la conférence, la perfusion cible un thème particulier et l’explore à partir d’archives, de visuels et de récits. Pour cette première édition, Dalida, le Queer Manifesto et Hervé Guibert seront au rendez-vous…
Avec Claire Besuelle, Thomas Bouyou, Ulysse Caillon. Coordination Pauline Rousseau.

14h30 – 16h // Renaud Chantraine : « Atelier : traces et mémoires en partage »
Comment la mémoire s’inscrit-elle dans un objet ? Quelles traces garde-t-on d’un engagement, d’une relation, d’une trajectoire lié·e·s à l’épidémie ? Chaque participant·e est invité·e à apporter quelque chose (un objet, une phrase, une image, une archive, etc.) et à en partager le sens. L’atelier sera construit autour de ces objets et d’une boîte tirée des archives du Mucém.

16h30– 17h30 // Stéphane Gérard : « Recadrages et niveaux sonores : la mémoire du sida à l’épreuve de la technique vidéo » (atelier)

A partir de l’expérience de la réalisation de Rien n’oblige à répéter l’histoire (2013), il s’agira de réfléchir dans le cadre du VIH/SIDA à la spécificité des archives audiovisuelles, aux enjeux de leur production, de leur préservation et de leur diffusion. L’exemple d’ACT UP New York sera confronté à plusieurs sources issues de collections françaises, dont le Journal annales du cinéaste Lionel Soukaz, préservé à la Bibliothèque nationale de France.

17h30 – 18h // FRISSE : « Les objectifs mémoriels de “Archives = Vies” » (exposition)
Une action interpartenariale : Frisse, La Fabric’Art, CRIPS AURA pour donner à voir et à entendre des exemples de communication institutionnelle et associative sur la lutte contre le Sida entre 1986 et 1996.

18h – 19h // Discussion libre

Masteriales

Dans le cadre du laboratoire TPG (Théories et Performances des Genres) ont été organisées plusieurs séances de rencontres mastériales sur les études de genre et des femmes : l’idée était de permettre aux mastérant.e.s qui le souhaitaient de se rencontrer, de présenter leurs projets de recherches (ou autres) et de partager leurs idées dans un cadre convivial, afin de favoriser la circulation des savoirs et des apprentissages de la recherche portant sur ces thématiques. Au cours de l’année 2017, quatre séances se sont tenues à l’ENS de Lyon.

Séance du 20/03

-Lola Sinoimeri – Littérature comparée

Lire les altérités et identités féminines entre les Balkans et l’Occident

-Sarah Weissberg – Etudes germaniques

La place des femmes dans la vie intellectuelle en RDA: Entre dogme et réalité – Analyse à partir de la littérature

-Paul Carbain – Littérature comparée

Crise du genre dans l’opéra romantique des années 1830

Séance du 10/04

Estel Noukhkhaly – Littérature comparée

Punk et Féminisme dans la littérature contemporaine à partir des oeuvres de Kathy Acker et Virginie Despentes.

Antoine Alario –  Philosophie

Désir et plaisir chez Foucault, lu par Halperin : critique de la sexualité normative et identité queer.

Maria Goupil-Travert – Histoire

Madame de Genlis, une femme qui investit l’espace public et politique au XVIIIe siècle.

Corto Le Perron – Histoire

Femmes et vulgarisation de l’histoire – étude comparative, du mensuel papier à la chaîne YouTube.

Séance du 24/04

Matthias Soubise – Lettres modernes

Les espaces du féminin dans les romans de Diderot.

Mathilde Alison – Mondes anciens

La valeur asymétrique de la virginité dans le roman grec érotique selon le genre.

Marie Lécuyer – Géographie

La politique de lutte contre le harcèlement sexiste dans les transports lyonnais.

Blanche Turck – Lettres modernes

Poétique du dévoilement et lyrisme au féminin dans Feux de Marguerite Yourcenar et Perséphone 2014 de Gwenaëlle Aubry

Séance du 15/05

Clara Blacher – Histoire contemporaine

Féminisme et colonialisme en France à la fin du XIXème siècle.

Charlie Brs – Philosophie

Epistémologies féministes et épistémologies écologistes : la communauté épistémique.

Faustine Fribourg – Etudes Anglophones

Légitimité sociale et institutionnelle des écrits de femmes Quaker durant la Restauration anglaise (1660-1688)

Potentialiés des corps handicapés : savoir, narrations, représentations et revendications (28 avril 2017)

Le laboratoire junior Théorie et Performance des Genres (ENS-Lyon) et l’équipe Politiques de la connaissance (Centre Max Weber) se sont associés en avril 2017 pour une journée d’étude consacrée à la puissance des corps réputés altérés, limités et passifs. Puissance d’agir, mais aussi puissance heuristique et puissance expérimentale et créative. Il s’agira d’aborder la contrainte liée aux vécus de handicap sous l’angle des potentialités qu’elle recèle: comment des épistémologies situées basées sur l’expérience du handicap offrent-elles un point d’entrée privilégié pour penser le(s) corps, l’hétéronormativité, l’autonomie, la validité, les oppressions, ou bien encore les rapports de production ? En quoi les revendications handis, au-delà de leurs spécificités, sont-elles porteuses d’interrogations plus larges, par exemple autour des normes corporelles et sexuelles ? Par ailleurs, comment le militantisme fournit-il des identifications et ouvre-t-il sur des devenirs alternatifs aux assignations décapacitantes ? Comment, enfin, l’expérience de la contrainte physique peut-elle être génératrice dans le registre de l’expérience somatique et sensible ou artistique ?

La journée réunissait des intervenant.es issu.es de différents champs, tant académiques que militants : Charlotte Puiseux, titulaire d’un master de psychologie et d’un master de philosophie est en quatrième année de thèse en philosophie politique à l’université Paris 7 où elle étudie la théorie crip ; Pierre Brasseur, doctorant en sociologie au Clersé (Université Lille 1) termine une thèse autour de la construction du problème public de l’assistance sexuelle en France ; Elena Chamorro, professeure agrégée d’espagnol à Aix -Marseille Université et co-fondatrice du CLHEE (Comité Lutte et Handicaps pour l’Egalité et l’Emancipation) ; Charlotte Ricci, doctorante en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, rattachée à l’EA 1573 Scènes du monde, création, savoirs critiques (Paris 8), étudie la pratique des artistes jugés « hors-normes » sur les scènes contemporaines.

Le programme de cette journée suivait le déroulé suivant :

9h15-9h30 : ouverture par Noémie Aulombard et Aurélia Léon

9h30- 11h00 : Charlotte Puiseux, Introduction à la théorie crip : entre études sur le handicap et théorie queer
L’intervention mettra en rapport les pratiques queer et les études sur le handicap (disabilty studies) pour présenter les pratiques crip : quelles influences réciproques, comment se nourrissent-elles les unes les autres, et comment se critiquent-elles à travers des questions liées au corps ?

11h15 – 12h45 : Pierre Brasseur, Le sexe politique du handicap
Cette présentation évoquera tant les revendications autour de la vaste catégorie « sexualité des personnes en situation de handicap » que les raisons qui font de l’assistance sexuelle une des seules formes de politisation de la question « handicap et sexualité ». Ce retour sociohistorique permettra de poser la question d’un militantisme « handi » en France, et d’interroger la possibilité d’envisager les personnes en situation de handicap sous la forme d’une minorité sexuelle.

14h-15h00 : Elena Chamorro, Corps handicapé et militantisme. Récit situé
Récit à partir de l’expérience d’un corps valide devenu corps avec handicap. Dans sa confrontation avec l’espace environnant, avec l’Autre, avec un espace qui n’appartient plus qu’à l’Autre, le corps avec handicap devient corps handicapé. C’est de l’éveil à cette réalité que naît l’engagement militant comme voie nécessaire à la conquête d’un espace vital où l’existence des corps « anormés » soit viable.

15h00-16h45 : Charlotte Ricci, Prendre conscience des corps
Cette intervention propose d’expérimenter, par le biais d’exercices de théâtre et d’un espace de discussion, une prise de conscience des corps présents et contraints. En favorisant une transformation de contraintes corporelles par différentes formes scéniques, nous engagerons une réflexion sur les sensations observées. Nous désirons ainsi révéler que la contrainte peut s’avérer être source créatrice et à l’origine de rencontres corporelles.

17h00 – 18h00 : reprise et débats

La journée était suivie d’une projection du documentaire Yes We Fuck ! d’ Antonio Centeno et Raúl de la Morena (Espagne, 2015, 59 min) au centre LGBTI de Lyon. Yes We Fuck ! est un documentaire qui traite de la sexualité des personnes concernées par la diversité fonctionnelle, ou personnes dites « handicapées », à travers six histoires de vie qui montrent que le sexe appartient à tout le monde et suggèrent que la diversité fonctionnelle peut bénéficier à la sexualité en général.
Faisant le choix d’images explicites, Antonio Centeno, activiste du mouvement La Vida Independante, et Raúl de la Morena, réalisateur, restituent aux personnes à diversité fonctionnelle leur condition d’êtres sexuels et sexués et de corps désirants et désirables.
Projection en VOSTFR suivie d’une discussion avec Noémie Aulombard et Elena Chamorro. Trad. LSF.

 

Interactions entre expériences queer et milieux médicaux (9 mars 2017)

Le laboratoire  junior TPG (Théories et performances des genres) a proposé en mars 2017 une soirée de réflexion et de partage autour des enjeux principaux des interactions entre milieux médicaux et personnes lgbtq+ : santé sexuelle, santé mentale, médicalisation des identités, etc.

En présence d’un panel de professionnel·le·s médicaux·ales et de militant·e·s travaillant dans des domaines divers, cette soirée avait pour but d’engager un échange entre les perspectives différentes, voire conflictuelles touchant aux  questions d’identité, de santé et de société, à partir du programme suivant :

18h – 18h15 Introduction de Ségolène Thomazo
18h15 – 19h30 Exposés par des membres du panel
19h30 – 20h30 Questions et échanges
20h30 – 21h Réflexion en groupe

 

Diaspora/Situations : rencontres avec Tarek Lakhrissi (février 2017)

Dans le cadre du cycle « Mémoires minoritaires » organisé par l’espace numérique de la bibliothèque Jean Macé, les laboratoires APP, TPG et la bibliothèque du 7e-Jean Macé on proposé en février 2017 une série de rencontres et de projection avec le réalisateur et vidéaste Tarek Lakhrissi et la vidéaste Nathalie Muchamad.

« Mémoires Minoritaires » est un cycle dédié à la co-construction d’une mémoire des minorités sexuelles à l’heure du numérique.

Conçu à partir d’entretiens, « diaspora / situations » est une série de brefs portraits vidéos de personnes minorisées (de par leur couleur de peau, leur genre, leur identité religieuse, sexuelle…) qui réfléchissent à l’impact intime de la diaspora sur leur façon de vivre. Réalisé par Tarek Lakhrissi, « diaspora / situations » rend hommage a des voix à la fois rares, spirituelles, marginalisées, libres, piégées, poétiques ou savantes, et les donne à voir dans toutes leurs complexités. « Diaspora / situations » se veut enfin un espace de création alternatif mettant en valeur des artistes ou des personnalités peu visibles tant dans le monde de l’art que dans la sphère sociale, notamment en France.

En explorant l’histoire des rapports Nord/Sud au XXème siècle au prisme du genre, Nathalie Muchamad interroge le cinéma en tant que technologie sociale, capable de structurer les rapports de sexe, de race et de sexualité. Influencée par les écrits d’Angela Davis ou Teresa de Lauretis, l’artiste s’empare du numérique pour resignifier notre imaginaire cinématographique, en rejouant le final de M Butterfly de David Cronemberg, ou en transformant des séquences de Pépé le Moko en GIF. Une façon d’articuler histoire et culture populaire, identités diasporiques et questions de genre.
http://cargocollective.com/nathaliemuchamad/

Ouvrir la voix : projection et débat (30 janvier 2017)

A la suite de la conférence organisée dans la même journée à l’ENS de Lyon, le laboratoire a eu le plaisir de pouvoir projeter le documentaire Ouvrir La Voix, en présence de sa réalisatrice, Amandine Gay. Ce film porte sur les expériences des femmes noires issues de l’histoire coloniale européenne en Afrique et aux Antilles. Le film est centré sur l’expérience de la différence en tant que femme noire et des clichés spécifiques liés à ces deux dimensions indissociables des identités « femme » et « noire ». Il y est notamment question des intersections de discriminations, d’art, de la pluralité de nos parcours de vies et de la nécessité de se réapproprier la narration.

La projection s’est suivie d’une discussion entre la réalisatrice, Noémie Aulombard, Nargesse Bibimoune et Rose Ndengue.

« Féministes racisées, quelle place en société et à l’université ? » par Fatima Khemilat (30 janvier 2017)

Le 30 janvier 2017, l’équipe du laboratoire a pu organiser deux évènements pensés ensemble sur les enjeux de l’intersectionnalité, des croisements entre genre, race et sexualité. Dans un premier temps, Fatima Khemilat est venue proposer une conférence sur « La place des féministes racisées, en société et à l’université », avant la projection du documentaire d’Amandine Gay, Ouvrir la voix.

NEW SMYRNA BEACH, FL – 1983: African-American writer, feminist, poet and civil-rights activist Audre Lorde (1934-1992) poses for a photograph during her 1983 residency at the Atlantic Center for the Arts in New Smyrna Beach, Florida. (Photo by Robert Alexander/Getty Images)

Depuis une perspective située et suivant le courant des féminismes intersectionnels, très inspirés d’Audre Lorde et d’Angela Davis, toutes deux ont engagé des reflexions sur les mécanismes d’exclusion et de saisie de la parole des minoritaires, tant dans la sphère universitaire, que militante et plus généralement sociale. Cette recherche les invite à explorer d’autres formes de diffusion des savoirs notamment via le web (réseaux sociaux, blogs, vidéos en ligne), réintérrogant la légitimité du « savoir institutionnel » vis-à-vis d’un « savoir situé » aux formes souvent plus libres.

Fatima Khemilat, actuellement en doctorat de sciences politiques à Aix en Provence, elle consacre ses recherches aux liens entre « Le culte musulman et les autorités publiques françaises, belges et italiennes. Entre tensions, négociations et transactions collusives ». Elle a récemment publié un article intitulé « Normes religieuses et genre. Mutations, résistances et reconfiguration XIXe – XXIe siècle » dans le numéro : « La ville, le genre » de la revue « Travail, genre et société » (ed. La découverte). En parallèle de ses recherches « institutionnelles », Fatima Khemilat a racours aux vidéos pour diffuser un « savoir anéanti, un savoir non blanc et non européocentré ». Elle a notamment donné un Talk Serie sur « l’épistémicide » (https://www.youtube.com/watch?v=zK6hegi_wHE&t=2s) et de plusieurs vidéos de « Mise au point », comme celle sur la « polémique autour des propos de Madame Rossignol (https://www.youtube.com/watch?v=rSl31m4f1m4)

Etudes féministes et queer : conférence d’introduction (novembre 2016)

Fondé par un groupe d’étudiant.es et de militant.es basé à Lyon en 2016, le laboratoire TPG (Théories et performances des genres) est né d’une volonté commune de s’emparer des thématiques liées aux genres et aux sexualités dans une perspective féministe et queer. Dans un environnement académique encore réticent aux apports de ces outils critiques, le laboratoire, pluridisciplinaire et ouvert à tous.tes, entend s’intéresser aux subjectivations minoritaires, quelles qu’elles soient, en décentrant le lieu de formulation de notre discours.

En d’autres termes, la parole des minorisés n’est plus un objet de recherche mais propose une méthode d’élaboration commune d’un discours de savoir et d’une narration. Il s’agit pour nous de proposer une autre approche de la construction des savoirs politiques.

Pour ce premier événement, nous avons voulu interroger ce que sont les études féministes et queer, quelles sont leurs origines, leurs apports, leurs objets et objectifs afin de poser ensemble un cadre de réflexion collectif permettant au laboratoire de mener des recherches sur des propositions issues de cette élaboration.

Nous avons ainsi conçu cet événement comme un moment collaboratif. Abir Kréfa ayant proposé dans un premier temps un panorama de ce que peuvent être les études queer et féministes, depuis sa perspective de chercheuse et militante féministe, nous avons ensuite discuté en groupes, pour déterminer ce que nous pouvions comprendre d’une telle perspective et quelles thèmes nous aurions aimé abordé pendant les années d’existence du labo. Un aperçu de ce programme de travail, synthétisé d’après ces discussions, se trouve ici .