Transféministes contre le travail ! Pratiques : Les pratiques transformatives pour lutter contre la précarité des subjectivités a l’université néolibérale – adel(e) Cornet

Adel(e) Cornet, cheurcheu* indépendan*, propose ici de  nous exposer ses travaux sur les formes de précarisation liées aux positionnements queer dans le monde académique néolibéral.

« J’entends parler des collectifs transféministes qui luttent contre la précarité à l’université néo-libérale, en mettant à jour l’impact du (bio)capitalisme sur les subjectivités spécifiquement queers et transféministes. Pour se re-subjectiver, ces travailleu* utilisent un outil, l’auto-enquête qui modifie considérablement le rapport des chercheu* au reste du monde social italien depuis les années 1970. Je le situerai d’abord dans sa double généalogie, féministe et marxiste pour comprendre son potentiel : selon moi, il permet de construire du collectif tout en visibilisant les mécanismes invisibles de l’ extraction capitaliste. Parler des techniques de mouvements social de ces militan* permet de comprendre que le paradigme du genre comme travail et son analyse, permet aux transféministes un déplacement épistémologique important, développant- à l’intérieur comme à l’extérieur de l’université- des lignes de fuites dans le système capitaliste. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.